Au fil des villes du Loiret…

Bondaroy

 

Les roses de la Renaissance 

A la Renaissance, un poète du Loiret, Jean de la Taille, a chanté la rose de bien jolie manière. Cet attachant poète, gentilhomme de très vieille souche beauceronne, était né à Bondaroy tout près de Pithiviers en 1533. Le vieux manoir seigneurial qui l’a vu naître subsiste toujours, dans la champêtre vallée de l’Œuf. Il n’est plus ouvert à la visite. Nourri de Ronsard et de du Bellay, il a laissé une œuvre importante, dont, parmi ses chansons légères, un délicieux Blason de la Rose, dont le charme ne vieillit pas. Ce poème est dédié à sa belle cousine Rose de la Taille et rappelle qu’une rose n’est pas sans épine… Et qui s’y frotte s’y pique…

Le blason de la rose
Aux uns plaît l’azur d’une fleur
Aux autres une autre couleur :
L’un du lis, de la violette,
L’autre blasonne de l’œillet
Les beautés ou d’autre fleurette
L’odeur ou le teint vermeillet :
A moi sur toute fleur déclose
Plaît l’odeur de la belle rose.
J’aime à chanter de cette fleur
Le teint vermeil et la valeur,
Dont Vénus se pare et l’aurore,
De cette fleur qui a le nom
D’une que j’aime et que j’honore,
Et dont l’honneur ne sent moins bon :
J’aime sur toute fleur déclose
A chanter l’honneur de la rose
La rose est des fleurs tout l’honneur,
Qui en grâce et divine odeur
Toutes les belles fleurs surpasse,
Et qui ne doit au soir flétrir
Comme une autre fleur qui se passe,
Mais en honneur toujours fleurir :
J’aime sur toute fleur déclose
A chanter l’honneur de la rose.
Elle ne défend à aucun
Ni sa vue ni son parfum,
Mais si de façon indiscrète
On la voulait prendre ou toucher,
C’est lors que sa pointure aigrette
Montre qu’on n’en doit approcher :
J’aime sur toute fleur déclose
A chanter l’honneur de la rose.

Voir les poètes du Loiret et les Roses

Bondaroy