Au fil des villes du Loiret…

Cléry-Saint-André

 

La rose et la collégiale Notre-Dame 

La rose « Vierge de Cléry » : une rose cent-feuilles d’une blancheur diaphane, créée en 1888 par le rosiériste orléanais Auguste Baron-Veillard installé route d’Olivet à Orléans.

Ce rosier vigoureux, aux fleurs très doubles précédées par des boutons verts teintés de rouge, est un délicat hommage à la Vierge à laquelle est dédiée la majestueuse collégiale Notre-Dame de Cléry-Saint-André. Cette opulente rose au parfum subtil, reconnue comme l’une des plus belles cent-feuilles, est restée l’une des favorites des amateurs de roses anciennes.

Clin d’œil de l’histoire : Jean de Dunois comte de Longueville et seigneur de Beaugency et de Cléry, célèbre compagnon de Jeanne d’Arc, demi-frère du duc Charles d’Orléans, qui a été l’un des plus grands hommes de guerre du XVe siècle, était très attaché à l’église Notre-Dame de Cléry : il a œuvré à la reconstruction de la basilique détruite par les Anglais en 1428. Il y avait fait élever une chapelle funéraire pour lui et sa famille, dédiée à Saint-Jean-Baptiste. Il y est inhumé en 1468. Or cette grande figure de l’histoire loirétaine possédait aussi le château et le fief de l’Haÿ-les-Roses, où il est mort le 23 novembre 1468. Mais, selon ses dernières volontés, c’est à Cléry dans sa chère basilique, qu’il a été enterré.

 

La rose et la vigne 

Les rosiers font partie des paysages du vignoble orléanais. Un pied de rosier ponctue chaque rang de vigne et cela donne au vignoble, du côté de Mareau-aux-Près ou de Mézières-Les-Cléry, une allure de jardin d’autrefois.

Cléry-Saint-André