Au fil des villes du Loiret…

La Chapelle-Saint-Mesmin

 

Des roses historiques

Au début du XIXe siècle, le jardin du château des Hauts à La Chapelle eut son heure de gloire, lorsque s’y installa en 1801 une tragédienne célèbre qui avait été adulée avant la Révolution sur la scène de la Comédie Française, Mlle Raucourt. Elle avait eu une vie scandaleuse, mais à La Chapelle, elle s’adonnait à sa passion pour les fleurs, passion mise à la mode sous le premier Empire par l’impératrice Joséphine, qui était une amie de Mlle Raucourt.

Elle consacrait beaucoup de temps à son jardin et s’occupait elle-même de ses plantations : elle faisait des semis, des boutures et des greffes. Elle avait fait installer dans son parc de 12 ha une remarquable serre chaude et une orangerie abritant des plantes rares et exotiques.

Elle avait une très belle collection de roses Ce qui valut la visite de son amie l’impératrice Joséphine, qui partageait la même passion des fleurs rares.

Après sa mort en 1815, la ville d’Orléans se rendit adjudicataire en 1816 des serres, des plantes rares et de la collection de roses du château de la Chapelle, pour les installer dans le Jardin des Plantes de la Ville.

Voir également notre page Le jardin des Plantes d’Orléans ou celle-ci.

La Chapelle-Saint-Mesmin