Au fil des villes du Loiret…

 

Tigy

 

Tigy se rattache à la Route de la Rose 

Par ses armoiries qui portent deux roses d’argent, et se lisent : « d’azur à chevron d’or accompagné en chef de deux roses d’argent et en pointe d’une fleur de lys d’or. » Ces armoiries sont celles de la famille du Lac, les brillants seigneurs de Chamerolles qui possédaient aussi la seigneurie de Montizambert à Tigy.

 

Clin d’œil : La rose et l’asperge

L’Hymne à l’asperge, chanson à boire bien connue de Paul Clérouc (1934), rapproche drôlement l’asperge et la rose :

Asperge, asperge divine/ Pour nous tu as que des appâts / Si les roses ont des épines / Asperge tu n’en as pas…

L’asperge est mise à l’honneur depuis 1953 à Tigy avec une grande « Foire aux asperges » qui se tient le 3e dimanche de mai. La liliacée sert à cette occasion à la réalisation d’œuvres artistiques éphémères dans le cadre d’un concours de présentation de maquettes auquel s’est adjoint depuis quelques années un concours gastronomique.

 

Le Musée de l’Artisanat Rural Ancien de Tigy et la fabrique de roses artificielles

Ce petit musée fait revivre les métiers d’autrefois et les anciens savoir-faire de ces territoires d’entre Val et Sologne à travers de riches collections d’outils et d’objets du quotidien. Il a conservé le souvenir d’une activité autrefois florissante à Jargeau et dans les villages environnants (Darvoy, Sandillon) : la fabrication des roses artificielles, à laquelle une petite salle du musée est consacrée. L’atelier de Jargeau, créé avant 1890 par Emile Dupuis, s’était rapidement développé et fournissait les grands magasins, les magasins de mode et les maisons de couture de Paris. Il faisait travailler une nombreuse main d’œuvre féminine.

Voici ce qu’en disait Victor Ardouin-Dumazet dans ses célèbres « Voyages en France » en 1900 : « Une industrie charmante, celle des roses artificielles, a pris racine à Jargeau : 250 ouvrières travaillent dans ses ateliers. Jargeau, ne pouvant fournir tant de diligentes abeilles, a dû faire appel aux environs ; chaque matin des trains ouvriers lui amènent, de Châteauneuf et des environs, des femmes et des jeunes filles. »

Voir Le Musée de l’Artisanat Rural Ancien.

Tigy